vendredi 8 mai 2015

TOUT SAVOIR SUR LA 4G LTE




En télécommunications, 4G est la 4e génération des standards pour la téléphonie mobile.
Elle est le successeur de la 2G et de la 3G. Elle permet le « très haut débit mobile », c’est-à-dire des transmissions de données à des débits théoriques supérieurs à 100 Mb/s, voire supérieurs à 1 Gb/s (débit minimum défini par l’Union internationale des télécommunications).

Les débits sont en pratique de l’ordre de quelques dizaines de Mb/s selon le nombre d’utilisateurs, puisque la bande passante (quantité totale de débit disponible pour tous les utilisateurs) est partagée entre les terminaux actifs des utilisateurs présents dans une même cellule radio (une antenne radio est composée de cellules radios).

La 4G arrive à petits pas, moins rapidement que ne le prétend les publicités, mais elle arrive, et les opérateurs ne jurent plus que par elle !

D’abord, sachez faire la différence entre très haut débit et 4G, que les opérateurs, eux, ne font pas. En effet vous pouvez avoir accès au réseau appelé H+, qui n’est pas la 4G, et avoir un forfait que l’on vous a décrit comme « très haut débit »…

L’un des opérateurs phares de cette communication a du retirer une publicité comparative, tandis qu’un autre grand nom a du renommer 2 offres qui étaient groupés avec cette appellation.
La 4G passe par ce que l’on appelle les bandes de fréquences hertziennes (UHF – Ultra High Frequencies) qui vont de 300 MHz à 3 GHz, celles là mêmes utilisées pour la télévision, la TNT, …

Passons les détails de la 1G, dont l’appellation « Radiocom 2000″ en feront frémir certains (Souvenez-vous… « Radiocom 2000, ne quittez pas, nous recherchons votre correspondant… vous connaissez la suite…).
La 2G, norme généralisée utilisant en France les gammes 900 et 1800 MHz (850 et 1900 MHz aux États-Unis), permet la communication voix, SMS et MMS. Autrement dit, si vous n’avez ni 3G, ni 4G, ni WiFi, cela ne vous empêche pas de téléphoner et d’envoyer des SMS. La norme Edge permettait d’augmenter les capacités de la 2G à l’époque.

Puis la 3G a fait son apparition, utilisant les fréquences 1885-2025 MHz et 2110-2200 MHz, avec la 3G+, HSPDA voire H+, sur la fréquence 5GHz, utilisée pour la radiodiffusion par satellite.
Enfin, la 4G utilisera les fréquences 700, 800 et 2600 MHz.
Chaque fréquence a ses caractéristiques, il faut prendre en compte l’environnement (urbain ou rural), l’encombrement du réseau (avec d’autres utilisations), la puissance des antennes relais, leur capacité à pénétrer les bâtiments, …



Sachez donc qu’aujourd’hui, proposer la 4G, c’est bien, mais disposer de l’infrastructure permettant de proposer une 4G efficiente, c’est mieux. Je vous laisse en tirer les conséquences historiques.
Car pour avoir de la 4G, il faut les antennes, et si certains opérateurs déploient leurs antennes pour offrir le meilleur réseau possible, d’autres réutilisent l’existant, saturant l’utilisation de ces bandes, et d’autres même vont jusqu’à louer à leurs concurrents leur infrastructure pour ne pas avoir à investir, et proposent de facto des tarifs hyper compétitifs.

Mais ces derniers vont avoir un vilain retour de bâton, car l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), gendarme des télécoms, veille au grain et ne permet cette configuration que pour laisser le temps à l’opérateur d’investir dans ses infrastructures, ce qui est un problème à l’heure actuelle vu le retard de ce dernier.

Au niveau des débits, la 4G annonce un débit théorique allant jusqu’à 150Mbits/secondes (pour l’infrastructure historique, la concurrence allant au maximum à 115 Mbits/seconde), quand l’ADSL propose 20 Mbits/seconde, et la fibre 100 à 200 Mbits/seconde

Attention, nous sommes sur du débit théorique !!

Alors, la 4G, ça permet quoi exactement ?



Pour les particuliers, la 4G va permettre de faire exploser le mode nomade. Vous pourrez regarder vos films, séries, écouter votre musique, n’importe où (tant que la couverture est là), grâce à ce super débit.

Pour les professionnels, ah là, c’est une véritable valeur ajoutée qui va se présenter, une évolution, plus qu’une révolution, dans l’utilisation des données mobiles.
D’abord en solution de connectivité de secours pour ceux qui travailleront en home office, ou pour des raccordements temporaires dans le BTP par exemple.

C’est aussi la possibilité de faire des entretiens vidéos, des réunions, de donner des accès à des services Cloud dans de meilleures conditions (présentations en streaming, vidéo conférences, …)
Pour tous, c’est une fluidification du transfert des données, et une véritable ouverture à la mobilité.

Quels sont les Pré-requis pour accéder à la 4g ?
Ils sont aujourd’hui au nombre de 3 :

·         être dans une zone couverte par la 4g
·         avoir un abonnement 4g
·         avoir un mobile compatible 4g

Soyez donc à la fois prudents et patients, ne vous engagez pas 24 mois sans demander conseil, vous n’avez même pas forcément de la 4G aujourd’hui, la H+ étant déjà très performante.


Explications sur les bandes de fréquences 4G LTE France

En France, on utilise trois bandes de fréquences : 800 MHZ, 1800 MHZ, et 2600 MHZ.
Au départ, les appels d’offres portaient sur les 800 MHZ (plus communément présentées comme les fréquences en « or ») et les 2600 MHZ.
Ensuite Bouygues a eu l’autorisation d’utiliser les fréquences 1800 MHZ pour émettre en 4G.
Aujourd’hui, concernant les licences 4G, aucun opérateur n’est dans une situation similaire.

•SFR bénéficie de 10 MHZ duplex en largeur de bande passante en 800 MHZ et 15 MHZ duplex en largeur de bande en 2600 MHZ

•Orange bénéficie de 10 MHZ duplex en largeur de bande en 800 MHZ et 20 MHZ duplex en largeur de bande en 2600 MHZ

•En plus des 1800 MHZ, Bouygues bénéficie de 10 MHZ duplex en largeur de bande en 800 MHZ et de 15 MHZ en largeur de bande en 2600 HZ

•Free Mobile quant lui, ne dispose que de 10 MHZ duplex en largeur de bande en 2600 MHZ, néanmoins, la situation n’est pas bloquée pour le trouble-fête de la téléphonie mobile, qui peut négocier un droit d’itinérance.

D’autre part, la société de Xavier Niel a fait part de son intérêt pour recycler en 4G ses fréquences 1800 MHZ.

Pour simplifier, il a deux paramètres à prendre en compte :
La bande utilisée et la largeur de bande.

Avantages et inconvénients de chacune des bandes

800 MHZ : La fréquence en or
Comme indiqué plus haut, la bande des 800 MHZ est présentée comme la fréquence en or, car celle-ci a l’avantage de porter plus loin, limitant théoriquement le nombre de relais pour le déploiement.
De plus, elle pénètre mieux à l’intérieur des bâtiments.

Au niveau des désavantages, elle ne fait pas bon ménage avec la TNT dont les fréquences 790 MZ sont très proches.
Si la fréquence des 800 MHZ se porte très bien dans les zones rurales, elle pèche un peu dans les zones de forte densité.
Sa longue portée facilite la saturation dans cette configuration.

2600 MHZ : Le must pour la ville et les zones urbaines ?
La fréquence 2600 MHZ est le contraire de la 800 MHZ.
Elle couvre une surface plus petite et traverse plus difficilement les murs.
Ses spécificités font qu’elle est mieux adaptée à une utilisation citadine où elle peut assumer une utilisation intensive du réseau.
Mais pour pouvoir soutenir le choc, il faut bénéficier d’une largeur de bande importante. C’est pour cela que tous les opérateurs ont pris plus de blocs de fréquences en 2600 MHZ qu’en 800 MHZ.
Cette technique peut assurer de meilleures performances si les cellules ne sont pas saturées.

1800 MHZ : La fréquence Bouygues ?
Cette fréquence est utilisée par Bouygues depuis le 1er octobre 2013. Elle permet à l’opérateur d’accélérer le déploiement de son réseau 4G, car elle servait à l’origine pour son réseau 2G, qu’il avait déjà largement déployé.
Le 1800 MHZ a des caractéristiques hybrides du 800 MHZ et du 2600 MHZ, meilleure pénétration que le 2600 MHZ, mais porte moins loin que le 800 MHZ.

Pourquoi Free et Orange ont du 150 Mbits/s ?

Le deuxième paramètre qui est la largeur de bande, est plus facile à assimiler. Plus la bande est importante, plus l’opérateur pourra offrir des performances élevées.
Seuls Free et Orange disposent de 20 MHZ duplex sur la bande 2600 MHZ, et peuvent donc offrir un débit théorique de 150 Mbits/s. Il faut donc se rendre à l’évidence que la fameuse bande en or avec ses tranches de 10 MHZ n’est pas en mesure d’offrir des débits théoriques aussi performants.Mais tout cela n’est que théorie. Ne réduisons pas un réseau à une histoire de bande ou à une largeur de bande.

Le plus important pour la qualité d’un réseau étant son maillage, et la manière dont l’opérateur mixe les fréquences mises à sa disposition.
Les attributions des fréquences se font aux enchères, c’est pourquoi les opérateurs ont adopté des stratégies radicalement différentes.

Free mobile qui est limité au 2600 MHZ, n’a pas le choix, et va devoir se déployer à vitesse grand V, au risque d’être distancé par ses concurrents.
Pour sa part, Bouygues a misé sur le 1800 MHZ et en deuxième choix sur le 2600 MHZ.
Orange a clairement choisi le 2600 MHZ, plutôt que le 8900 MHZ.
SFR, quant a lui, lise autant sur les deux bandes mises à sa disposition.

Un petit récapitulatif des fréquences utilisées en France :

2G : 900 MHZ, 1800 MHZ
3G : 900 MHZ, 2100 MHZ
4G : 800 MHZ, 1800 MZ, 2600 MHZ


0 commentaires: