Breaking

jeudi 15 janvier 2015

L'ANNÉE 2015 VA DURER UNE SECONDE DE PLUS ET PERTURBER DE NOMBREUSES MACHINES !


Tout comme l'année 2012, l'année 2015 recevra une seconde de plus au 30 juin 2015 afin de caler nos horloges atomiques sur la rotation de la Terre.
Généralement, une année dure 365 jours. Il arrive tout de même qu'on se retrouve avec une année bissextile à 366 jours (29 février ajouté) car la Terre met quelques heures de plus pour effectuer la rotation complète autour du Soleil. L'année 2015 ne sera pas une année bissextile, mais elle durera tout de même plus longtemps que l'année 2014. En effet, elle durera 365 jours et une seconde. Cette seconde sera ajoutée le 30 juin 2015, il durera donc 86 401 secondes au lieu de 86 400 secondes.
Décidé par l’Observatoire de Paris au sein du laboratoire Systèmes de Référence Temps-Espace cette semaine, cet ajout d'une seconde permettra de re-synchroniser nos horloges atomiques avec la rotation de la Terre autour du soleil. En effet, comme la vitesse de rotation de la Terre diminue avec le temps en raison de l'influence des forces de marées provoquées par l'attraction gravitationnelle du Soleil et de la Lune, cette seconde "astronomique" s'allonge avec le temps.


De ce fait, il est essentiel d'ajouter une seconde de temps à autre pour que le temps et la rotation de la Terre soient synchronisés. Comme l'explique Daniel Gambis, directeur du service de rotation de la Terre à l’observatoire, "c'est important de le faire régulièrement. Sinon, dans 500 ans, nous serons décalés d’une heure par rapport à la position de la Terre. Or, nous avons besoin de connaître sa position précise pour de nombreuses applications, ne serait-ce que pour envoyer une sonde dans l’espace".
La dernière fois que nous avons dû ajouter une seconde était en 2012, et cela a déjà été effectué 24 fois depuis 1972. Le problème qui se pose maintenant reste les systèmes informatiques qui ne sont pas préparés à ce type de changement. En 2012, ces derniers avaient connu d'importants dysfonctionnements.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire